CFE-CGC UES Groupama Gan
CFE-CGC UES Groupama Gan

LA RETRAITE à 64 ANS !
 
Le Haut-Commissaire à la réforme des retraites a fait connaître ses préconisations pour un système universel de retraite qui s’appliquera au plus tôt aux assurés nés à compter de 1963 et partant à la retraite à compter du 1er janvier 2025. 
 
De son côté, la Ministre des Solidarités et de la Santé a indiqué qu’il n’y aurait pas de mesure concernant la retraite dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, contrairement à ce qu’avaient évoqué plusieurs ministres (dont elle-même…).
 
Le projet du Haut-Commissaire prévoit de fixer à 64 ans l’âge de départ à la retraite à taux plein (pour la génération 1963). L’assuré aura toujours la possibilité de partir à 62 ans, mais sa retraite se verra alors appliquer une décote de 10% ; s’il décide de partir à 63 ans la décote sera de 5%. Symétriquement un départ après 64 ans génèrera une surcote.  Il est prévu que l’âge du taux plein soit modifié au fil des générations pour tenir compte de l’évolution de l’espérance de vie.
 
Seul point positif : il ne serait plus exigé de durée de cotisation pour bénéficier du taux plein (dans le système actuel : 43 années pour les générations à partir de 1973).
 
La plupart des départs anticipés (catégories actives) de la Fonction Publique et des régimes spéciaux disparaitront progressivement. Il leur sera substitué les mêmes règles de prise en compte de la pénibilité que dans le secteur privé. Au total, c’est 80% des emplois actuellement classés en « catégorie active » qui verront disparaître cette spécificité.
 
Seuls demeureront les départs anticipés pour les fonctions dangereuses exercées dans le cadre de missions régaliennes. Sont concernés : les policiers nationaux, les surveillants de l’administration pénitentiaire, les ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne, les sapeurs-pompiers professionnels, les douaniers, les policiers municipaux ainsi que les militaires. Les marins bénéficieront d’un dispositif prenant en compte les spécificités de leurs métiers.
 
Pour la CFE-CGC, les propositions du Haut-Commissaire visent à repousser l’âge de départ à la retraite, sans considération du taux d’emploi des seniors, ni de l’accroissement du chômage qui en découle. Une approche étriquée, avec au bout une régression sociale.
 
 

Contact presse CFE-CGC – Pierre JAN 06 32 05 69 02 – pierre.jan@cfecgc.fr

Formation : Article du President Francois Hommeril

Chers collègues,

 

Beaucoup d’entre vous négocient actuellement la mise en place du CSE, cette nouvelle instance imposée par les ordonnances Macron. Nous continuons d’avoir de sérieux doutes quant à l’amélioration du dialogue social dans les entreprises à travers une instance unique dont le but est de diminuer les moyens et outils de nos militants.

 

Il est trop tôt pour dresser un bilan de la mise en place du CSE, mais l’accroissement du nombre de militants venus se former au CFS est pour la CFE-CGC un signe encourageant.

 

Je ne doute pas que votre investissement pour appréhender ces changements vous permettra de continuer à être les garants d’un dialogue social pragmatique et moderne dans vos entreprises et dans les Services publics, au service des femmes et des hommes qui y travaillent.

La force de la CFE-CGC tient dans la qualité de ses militants.

 

La formation syndicale est un des outils principaux pour acquérir force et sérénité et faire face aux situations professionnelles auxquelles vous êtes confrontés.

Face à la diminution des moyens syndicaux et la complexité croissante des sociétés, il faut s’organiser et se former.

Le CFS est à votre disposition pour soutenir le développement de vos sections. Pour cela, outre les formations habituelles, vous trouverez dans ce catalogue deux nouveau stages :

le premier, « Harcèlement et discriminations », a vocation à former les « référents harcèlement » qui sont mis en place dans les entreprises ainsi que les militants qui sont confrontés à ces questions ;

le deuxième stage, « Initiation aux missions Santé, Sécurité et Conditions de Travail des membres du CSE », est dédié aux membres du CSE qui ne siègent pas au sein de la commission CCST.

 

Je vous souhaite à toutes et à tous des congés d’été reposants auprès de vos proches et de vos amis.

 

François Hommeril Président de la CFE-CGC

Article du Président Joël Mottier

CES EVOLUTIONS QUI INQUIETENT LA CFE CGC ASSURANCE

CONGRES ST MALO OCTOBRE 2018 un Grand Succès !

Congrès de Saint-Malo

Un grand succès !

Nous étions 560 personnes présentes au premier congrès de Saint Malo,

Au programme : formation des militants, réunions des sections d’entreprises, Assemblées générales des syndicats Nationaux, 3 plateaux d’échanges avec des invités de marque magnifiquement guidés par le journaliste Emmanuel Laborde.

Les ordonnances Macron et leur application dans les entreprises, la reconnaissance du parcours syndical, l’intelligence artificielle appliquée à nos métiers, l’intervention de Carole Couvert vice présidente du CESE.

Moments très forts : Un voyage dans l’espace avec le spationaute Michel Tognini, l’expérience extraordinaire de Jack Krine ex pilote de la patrouille de France, l’intervention de François Hommeril le Président de la Confédération CFE-CGC, l’orientation de Joël Mottier, Président Fédéral qui clôture ce congrès en délivrant des messages très positifs sur l’action menée par tous nos représentants dans toutes les entreprises d’assurances et mutuelles.

Pour une première, une grande réussite.

 

DEVELOPPEMENT TERRITORIAL

SIGNATURE D UN NOUVEL AVENANT SUR L INTERESSEMENT 2019

Catherine est heureuse de vous annoncer qu'un avenant à cet accord nous a été proposé pour modifier les critères utilisés pour l'an prochain. Ce qui nous permettra de bien avoir de l'intéressement en 2019, probablement du même niveau que cette année voire même supérieur, sauf catastrophe évidemment.
La Direction a pris conscience que les salariés seraient fortement pénalisés à résultats égaux si l'accord précédemment signé était appliqué jusqu'au bout.

 

Ordonnances Macron : Axa France revoit l'organisation de ses instances représentatives du personnel

Par NICOLAS THOUET - Publié le 18 juin 2018, à 11h 13

     
Un nouvel accord social signé par la direction d'Axa France et la majorité des organisations syndicales représentatives prévoit, entre autres, la mise en place d'ici la fin de l'année de 4 CSE (Comité social et économique). 
Ces nouvelles instances seront déployées chez Axa France à l’issue des prochaines élections professionnelles, dont le premier tour est prévu le 8 novembre 2018
AXA France

Ce 14 juin, la direction d’Axa France et trois organisations syndicales représentatives (CFDT, CFE-CGC et Unsa) ont signé un accord relatif à l’organisation du dialogue social au sein de la compagnie d’assurance. « Cet accord définit notre nouvelle architecture sociale suite à la mise en place des ordonnances Macron », explique Sibylle Quéré–Becker, directrice du développement social d’AxaFrance.
4 CSE DÉPLOYÉS
Pour rappel, l'une des principales dispositions des ordonnances Macron réformant le code du travail vise à la fusion des différentes instances représentatives du personnel aujourd'hui en place (comité d’entreprise, comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, délégués du personnel) dans une nouvelle instance baptisé CSE (pour Comité social et économique). En l’occurrence, c’est dans le cadre de l’accord signé le 14 juin qu’Axa France a défini les contours de son futur CSE. Ou plutôt de ses futurs CSE, car la compagnie d’assurances a décidé de mettre en place… 4 CSE, un CSE central ainsi que 12 instances territoriales de proximité !
LA MOITIÉ DES MANDATS TOMBE
« Nous avons réussi à sauver les meubles », se félicite un syndicaliste de l'entreprise, qui rappelle qu'au début des négociations, la direction proposait «qu'un seul CSE soit mis en place pour les quelque 12 000 salariés en France ». «Le résultat est donc plus conforme à nos attentes, même si au final, avec cette nouvelle organisation, nous perdons environ 50% de nos moyens», ajoute-t-il.  
MISE EN PLACE PRÉVUE EN NOVEMBRE PROCHAIN 
Selon nos informations, les 4 CSE ont été découpés en fonction de l’organisation opérationnelle d’Axa France. A savoir que l’une des instances regroupera tout le réseau commercial salarié, et comptera 25 membres. Une autre se focalisera sur les particuliers et professionnels et l’IARD entreprises (29 membres). Une troisième rassemblera la partie santé et collective (17 membres), alors que le dernier CSE sera dédié aux fonctions centrales (26 membres). « Nous avons été à l’écoute des préoccupations des organisations syndicales, notamment sur la durée des mandats – passée de 3 à 4 ans – et sur la structuration des instances », remarque Sibylle Quéré-Becker. Ces nouvelles instances seront déployées chez Axa France à l’issue des prochaines élections professionnelles, dont le premier tour est prévu le 8 novembre 2018.
120 REPRÉSENTANTS DE PROXIMITÉ
Créés par une des ordonnances du 22 septembre 2017 pour compenser la centralisation des fonctions des élus du personnel, les représentants de proximité font aussi leur apparition chez Axa France. Ils seront 120 à être répartis sur tout le territoire. « Cela va nous permettre d’avoir un fort ancrage territorial et de traiter au plus près les questions du quotidien, les sujets locaux comme les implantations sur les sites », indique la directrice du développement social d’Axa France. En outre, ce nouvel accord au sein de la compagnie d’assurances a aussi défini les commissions chargées d’animer le dialogue social. Le CSE central comptera ainsi 4 commissions : une commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT), une commission emploi/formation, une commission économique et une commission produit.

 

Transmis par :

 


Alain Cloche Consultant Indépendant
VIGIE Voltaire - Veille Informationnelle et Gestion de l'Intelligence Economique - Membre du SYNFIE
+33 6 71 23 22 29  I  @VigieVoltaire
alain.cloche@vigie-voltaire.fr

Communiqué de presse La fédération CFE-C[...]
Document Adobe Acrobat [135.4 KB]

Le Bulletin Confédéral

Le Bulletin confédéral n°56.pdf
Document Adobe Acrobat [548.9 KB]
Au sommaire du nouveau numéro du Bulletin confédéral n°49, la lettre d’info bimensuelle de la CFE-CGC :
En bref : plan dépendance, retraites, rémunération au mérite dans la fonction publique…
Protection des données personnelles : la CFE-CGC s’engage !
Regards Emplois : zoom sur l’accord de performance collective (ordonnances Macron) ; délai préfix, télétravail, chiffres clés du marché du travail…
Regards Protection sociale avec un premier décryptage des enjeux de la future réforme des retraites voulue par le gouvernement
Focus : un tiers des entreprises de plus de dix salariés sans représentation du personnel
Tendances : 35 % des actifs se sentent exposés à un risque de perte d’emploi ; les risques d’exposition aux agents biologiques au travail
Bulles
Le Bulletin confédéral n°49.pdf
Document Adobe Acrobat [2.0 MB]
Le Bulletin confédéral n°48
Au sommaire du nouveau numéro du Bulletin confédéral, la lettre d’info bimensuelle de la CFE-CGC :
Entrée en vigueur du RGPD, accords chez Carrefour, emploi des seniors…
Pas à Pas : une opération originale pour aider étudiants et jeunes actifs à entrer dans le monde du travail… et s’y sentir bien
Un nouveau plan pour l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes
Tribune : « Les salariés de l’Union européenne ne peuvent plus continuer à être exclus de la construction européenne »
Regards Economiques : tout ce qu’il faut savoir sur le prélèvement à la source
Regards durables avec un focus sur les actions de la CFE-CGC en matière de de développement durable et de RSE
Regards Santé au travail et Handicap (syndrome d’épuisement professionnel ;
Le Bulletin confédéral n°48.pdf
Document Adobe Acrobat [787.3 KB]

Numerique et Ethique

Etude Teletravail GSA bilan fin 2017

Arrêté Représentativité CFE CGC 

Adhérer, c'est être plus forts... Ensemble

Projet accord Qualité de Vie au Travail GROUPE
Avenant QVT 2017 _(v marquée_).pdf
Document Adobe Acrobat [96.4 KB]

Pour accéder facilement à un article du Code du Travail :

LEGIFRANCE